Hotel Maroc, Riads à Marrakech et au Maroc, Hôtels à Marrakech et au Maroc, Maisons d'Hôtes à Marrakech et au Maroc, tourisme au Maroc, tourisme au Maghreb, Météo Maroc, Carte maroc
  1ère Centrale de réservation des hotels au Maroc depuis 2000. Envoi Direct aux propriétaires.
Location de voitures au maroc Marrakech, Agadir Casablanca Rabat: MaghrebCar.com
LOCATION de VOITURE et 4x4 au MAROC : PRIX BAS Négociés : Cliquez

Jeudi
30 Mars 2017

Hotel Maroc, Riads Maroc Marrakech Hôtels Maroc Marrakech Maisons d'Hôtes Maroc Marrakech tourisme au Maroc tourisme au Maghreb Météo Maroc
Hotels au Maroc
· Sélection Hôtels
Coup de coeur
Marrakech
Villa Dar KARMOUS
Villa d'hotes


Notre Sélection
Marrakech
Riad Amira
Riad


Photos du Maroc
· Moulay Bousselham
Guides et Visites
· Lieux à visiter
Forum
· Liberty Forum
Prosfessionnels du Tourisme
· Mon compte
· Partenariat
· Inscription Hotels
· Inscription Guides
· F.A.Q
E-Tourisme
· Trafic des sites
· les chiffres
Ecotourisme
· Ibis Chauve
Recherche par nom d'hotel
Hotels et Riads au Maroc : Plus de 450 Hotels et Riads dans 33 Villes du Maroc
Liste des Hotels et Hébergements par Ville

Choisir une Ville ci dessous :

Agadir Agdz Al Hoceima Azemmour Azilal Azrou Beni Mellal Casablanca Chefchaouen
El Jadida Erfoud Errachidia Essaouira Fès Kelaa Mgouna Marrakech Martil Meknes
Merzouga Mirleft M'Hamid Oualidia Ouarzazate Rabat Salé Tafraout Tanger
Taroudant Taliouine Tetouan Tineghir Tiznit Zagora



Cliquez ici pour voir les Riads et les Hôtels à Marrakech et au Maroc




Liberty Forum



Liste des sujets   Créer un nouveau sujet  
 

racisme envers les noirs au maroc | Auteur : antiraciste | Date : 02-06-2005 12:59

Source : http://www.afrik.com/article8447.html Au Maroc, comme dans le reste du Maghreb, il existe un réel problème de racisme envers les Noirs. « Noirs marocains » ou « Noirs africains », ils n’en restent pas moins des descendants d’esclaves. Qualifiés de « hartani », littéralement « homme libre de second rang » ou plus violemment de « aâzi », que l’on pourrait traduire par « sale nègre », les Noirs du Maroc, qu’ils soient étudiants, migrants, subsahariens et autres, sont victimes chaque jour de discrimination de la part du peuple chérifien. Par Smahane Bouyahia Les Marocains racistes des Noirs. Au Maroc, comme dans le reste du Maghreb, le peuple noir est depuis toujours victime de discriminations. Persécutions, agressions, insultes, injures... sont le lot quotidien des hommes de couleur. Pour mieux comprendre ce phénomène, Afrik.com a recueilli le témoignage d’associations, d’étudiants africains et de citoyens marocains. Un comportement raciste différent Selon Pierre Vermeren, historien spécialiste des sociétés maghrébines, il faut différencier le degré de racisme envers un Noir marocain et un Noir étranger. « Il existe différentes catégories de Noirs au Maroc. La première concerne les populations noires endogènes qui sont mélangées à la population marocaine et qui descendent tout droit des esclaves. La deuxième, est celle des populations noires du Sud. Elles se concentrent dans des oasis entièrement peuplées d’Africains noirs, mais qui ne sont, en aucun cas, mélangées aux Berbères ou aux Arabes. La troisième, touche les Africains du Sénégal majoritairement, qui venaient faire leur pèlerinage dans la médina de Fès. Enfin, la dernière catégorie, les étudiants et les migrants est celle qui est la plus touchée par le racisme. » Pour la plupart des Marocains, le jugement anti-négritude se répercute à travers leurs comportements face aux étrangers noirs non intégrés à la population d’une part, et (ou) non musulmans d’autre part. Il s’agirait d’un profond sentiment de supériorité qui remonterait à l’antiquité. Les Noirs esclaves au Maroc, se comptaient en centaines de milliers à l’époque. Ils constituaient pour certains le corps militaire marocain, la garde civile, tandis que d’autres remplissaient des taches qu’on leur attribuait sous le règne d’Ahmed El Mansour Eddahbi ou encore de Moulay Ismail au 16e et 17e siècle. Aujourd’hui, « l’esclavage n’a jamais été aboli officiellement. Le protectorat français, au début du 20e siècle, en a simplement interdit la pratique. Mais l’initiative n’est jamais venue de la société marocaine elle-même », rapporte l’historien qui nous renvoie à l’ouvrage de Mohammed Ennaji, Soldats, esclaves et concubines qui, selon lui, illustre parfaitement cette période. "Il est rare qu’une Marocaine épouse un Noir" Pour Nadia, une Marocaine âgée de cinquante ans, il ne s’agit pas simplement d’un problème racial. « C’est plus profond que ça. C’est un sentiment qui s’est perpétué de génération en génération. Il est extrêmement rare, par exemple, qu’une Marocaine épouse un Noir, même musulman. Cela ne se fait pas. Le seul cas qui soit, à la rigueur, ‘toléré’, est lorsque l’homme n’a pas les traits trop négroïdes. On craint le fameux ‘qu’en dira-t-on’ de la famille et/ou de l’entourage. La femme en question entendra souvent sa mère ou une proche lui dire qu’il y a ‘suffisamment de bons Marocains pour ne pas aller chercher un Noir’ ». Selon les dires de Nadia, ce sentiment serait monnaie courante au Maroc, et partout ailleurs au Maghreb. « Même pour un homme, qui en générale est plus ‘libre’ puisque c’est lui qui transmet son nom et sa religion à ses enfants, épouser une femme de couleur,n’est pas accepté par son entourage. Et c’est encore plus difficile quand il ne s’agit pas d’un ou d’une non musulman. Les mariages mixtes sont déjà très rares dans notre culture, alors avec des Noirs non marocains, non musulmans, ça n’est jamais accepté. Que ce soit pour ma génération, la génération de mon père ou celle de mes enfants. » Etre Noirs au Maroc : le cauchemar des étudiants et des immigrants « Le racisme le plus violent s’exprime à l’égard des étudiants noirs. A la cité Internationale Universitaire de Rabat, c’est assez visible. Les étudiants qui viennent de part et d’autre du continent africain pour suivre leurs études, sont regroupés entre eux, voir isolés. Ils ne partagent pas les mêmes locaux que les étudiants ‘blancs’ marocains. C’est très communautaire », rapporte Hervé Baldagai, Secrétaire Général de la CESAM (Confédération des élèves, étudiants et stagiaires africains étrangers au Maroc). « Les conditions pour les Noirs sont très difficiles, les insultes sont régulières. On nous traite en arabe de ‘sales nègres’, on nous ordonne de quitter le pays, on nous traite de ‘porteurs du Sida’, on nous lance des pierres. C’est invivable. Nous rencontrons des difficultés dans les administrations, comme pour l’obtention de la carte étudiante ou encore pour la Bourse. Les étudiants noirs retournent dans leur pays après leurs études « Au Maroc, nous ne pouvons pas trop en parler. Récemment, la chaîne 2M a organisé un débat sur le sujet. Le problème, c’est qu’à la diffusion, certains passages avaient été censurés, notamment les passages où il y a eu des plaintes. Nous parlons entre nous des agressions dans les rues mais c’est tout. De toute manière, que voulez-vous qu’il se passe ? En général, à la fin de leurs études, les étudiants noirs retournent dans leur pays d’origine. Sauf ceux qui viennent de pays en guerre comme la Sierra Leone, le Togo, la Côte d’Ivoire, qui sont contraints de rester au Maroc. « En général, nous ne nous expliquons pas l’attitude de certains Marocains. Je trouve pour ma part que certains facteurs doivent être pris en considération. Le premier est religieux. Les Noirs musulmans sont moins persécutés que les Noirs chrétiens ou animistes. Le deuxième facteur est dû à une méconnaissance culturelle. Les média marocains montrent toujours des aspects négatifs de l’Afrique subsaharienne (le Sida, les guerres...), et les Marocains finissent par avoir peur de nous et donc nous rejettent. Troisième mise en cause : l’éducation. Il est courant aussi d’entendre des enfants ou des adultes traiter ces personnes de « hartani » (homme de second rang) ou de aazi (nègre). Les jeunes enfants nous insultent devant leurs parents sans que ces derniers ne les corrigent ou ne les grondent. Enfin, il existe, à mon avis, une dernière raison. Elle est politique. Depuis 1984, le Maroc ne fait plus parti de l’Union africaine. Ce retrait s’explique du fait que certains pays africains, comme le Cameroun ou l’Afrique du Sud, ont remis en cause la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidentale », souligne le Secrétaire Général de la CESAM. "Un Noir non musulman est regardé différemment d’un Noir musulman" Etudiant Congolais à l’ESM de Rabat (Ecole Supérieur de Management), Parfait M’Benzé Mouanou suit actuellement un Master en management logistique et ingénierie des transports. Cela fait déjà un an et demi qu’il étudie au Maroc. Aujourd’hui, il témoigne. « Les Congolais n’ont pas besoin de visa pour aller au Maroc. Seul le passeport nous est demandé. Par contre, nous devons donner près de 500 euros de dessous de table à l’aéroport sous peine de se faire expulser du territoire. A part ça, mon intégration se passe bien. Mais je dois avouer que j’ai voulu repartir dès mon premier jour ici. Cela ne se passait pas vraiment comme je l’espérais. Au Maroc, on accepte mal la différence culturelle et religieuse. Un Noir non musulman est regardé différemment d’un Noir musulman par exemple. Pareil pour un Noir marocain et un Noir étranger. J’ai vécu en France 15 ans, je suis également allé en Côte d’Ivoire, au Togo et dans beaucoup d’autres pays. Et je peux dire que l’intégration n’est pas la même ici (...) Nous ne sommes pas si nombreux que ça au Maroc, mais les Marocains nous en veulent, car il y a déjà pas mal de chômage dans le pays et ils n’acceptent pas que nous puissions prendre ’leurs’ emplois. A la fin de mes études, je retournerai au Congo. Je ne me vois pas faire carrière ici. Vous savez, il fut un temps où les étudiants d’Afrique noire allaient suivre leurs études en Côte d’Ivoire ou au Togo. Ce sont des pays plus proches de nous culturellement. Mais avec les troubles dans ces deux pays, nous venons désormais au Maroc et c’est bien différent. Je tiens toutefois à souligner qu’il ne faut pas généraliser. Le Maroc reste un beau pays, très ouvert sur certains points. Des personnes nous ont très bien reçus, très bien accueillis. C’est vraiment ces personnes-là qui font la fierté du pays », souligne le jeune étudiant. A coté de lui, un jeune Béninois, qui a souhaité garder l’anonymat, nous confie, quant à lui, que les insultes font partie de son lot quotidien. Une timide prise de conscience Aujourd’hui les langues se délient. Le sujet reste cependant très tabou au Maroc, pays qui fait de l’hospitalité un atout culturel. Depuis la parution de l’article de Maria Daif, dans le journal marocain Telquel, il y a une légère prise de conscience. Amel Abou El Aazm, est une des fondatrices de la jeune association Lawnouna (« Nos couleurs »), créée en 2004 et située à Rabat. Le but de cette association est de faire le pont entre les Marocains et les Noirs ou les personnes venant d’horizons diverses. Selon elle, « la discrimination dont sont victimes les Subsahariens et les Noirs est un fait. C’est assez dur pour eux. Personne ne peut nier qu’il existe du racisme au Maroc, ceux qui le nient font preuve de mauvaise fois. Mais il faut tout de même admettre qu’il existe dans notre pays des Subsahariens qui vivent très bien. Ils ont compris qu’il fallait avoir une certaine attitude à adopter pour s’intégrer, notamment se mêler à la population. Il y a un premier pas à faire, pour s’adapter et découvrir la culture de l’autre et la société dans laquelle on vit. Il s’agit peut être d’un petit nombre, mais ça prouve qu’il y a un moyen pour que cela se développe. Et c’est le but de notre association. Elle peut aider les personnes noires à franchir les barrières qu’elles peuvent rencontrer. S’il faut, par exemple, 4 à 5 ans à un étudiant pour s’intégrer au Maroc, Lawnouna, veut, au travers diverses activités, accélérer cette intégration ». « Le racisme est plus visible dans la rue. Je ne pense pas qu’il y ait un seul Noirs au Maroc, qui puissent sortir sans qu’on lui rappelle justement qu’il est Noir. Les clichés et les préjugés ont été nombreux sur le peuple noir. Il fut un temps où certains les prenaient pour des cannibales, des mangeurs d’hommes. Il y a aussi le fait qu’il soit des descendants d’esclaves. Mais vous savez, j’ai moi-même passé quelque temps au Congo, j’ai aussi déjà séjourné au Mali. J’ai dû là-bas dépasser les clichés et les préjugés qui m’étaient attribués. En tant que Franco-marocaine, au Mali comme au Congo, je passais inévitablement par l’expérience du ‘blanc en Afrique’. Ce sont des sentiments ancrés dans les moeurs, comme au Maroc, ajoute la jeune femme. « Officiellement, rien n’est fait pour lutter contre ce racisme, même si le Roi affiche un discours pro-africain et rappelle toujours l’unité africaine dans ses allocutions. Il faut se féliciter tout de même de voir que, de plus en plus de festivals africains réunissant des Peuls, des Maliens ont lieu dans le pays. Nous avons notamment eu la visite de Youssou Ndour (artiste sénégalais, ndlr) », conclut Amel Abou El Aazm. Le débat est ouvert. Et nous espérons que notre modeste contribution participera à faire avancer les choses...

Répondre à ce message

Réponses:
Re: racisme envers les noirs au maroc | Auteur : [no name] ( 359 )
TOTALEMENT VRAIMENT !

Re: racisme envers les noirs au maroc | Auteur : samia ( 529 )
Le racisme est synonyme de: peur de la différence. Pourquoi disons nous qu'il sont noirs? Pourquoi ne nous nous posons pas les questions, pourquoi êtes nous blanc? Le noir est une couleur et le blanc alors qu'est ce que c'est? Les racistes ne craignent pas le jugement de Dieu... Ce sont eux qui perdront.

Re: racisme envers les noirs au maroc | Auteur : sofia ( 2293 )
tu as tt a faiit raison le racisme existe o maroc mais il ne faut pas se laisser faire et changer les mentalité . Et surtout ne pas devenir racisme a son tour car ca n'arrange pas les choses

Re: racisme envers les noirs au maroc | Auteur : sofia ( 2294 )
tu as tt a faiit raison le racisme existe o maroc mais il ne faut pas se laisser faire et changer les mentalité . Et surtout ne pas devenir racisme a son tour car ca n'arrange pas les choses

Re: racisme envers les noirs au maroc | Auteur : Mustapha ( 3102 )
j'éprouve beaucoup de peine de savoir que chez moi on se comporte de cette maniére envers les noirs.je dis ça, paceque moi meme, vivant en france depuis 25 ans je subis le racisme au cotidien.vivement que les peuples s'unissent aux dela des differances culturelles,linguistiques,religieuses et autres.merci mes freres noirs d'exister .car vous nous éblouissez par vos talents dans tous les domaines.

Inscription Gratuite Etablissements Touristiques
  • Hôtels, Résidences, Clubs, Riads, Maisons d'hôtes, Auberges
  • Agences de voyages, Tour-opérateurs
  • Guides de tourisme
    Avec notre plate forme, vous créez facilement votre page web en ligne en quelques minutes et vous gérez vos réservations. Cliquez ici pour inscrire votre établissement.
  • Offres et Promotions
    Actualité Touristique Au Maroc
    · Tourisme au Maroc
    Hotels au Soleil
    Hotel Amine
    Hotel Marrakech


    Fibule Du Draa
    Hotel de charme Zagora


    Pratique
    · Ajouter aux Favoris
    · Liens


     

    Email :


    "1er Portail de Tourisme au Maroc et au Maghreb depuis 2001"
    Copyright © 2000-2017 Maghreb Tourisme, France - Tous droits réservés.
    Agence Au Maroc : Azura Tours (Agence de Voyages), 13 Place Mohamed V, Settat, Maroc
    Licence d'Agence de Voyages : Nº 25D/08 accordée par le Ministère du Tourisme, Registre du Commerce/Settat : 1613, identifiant fiscal : 06125836, Patente : 40018482


    Déclaration CNIL : Nº 830863
    les informations nominatives recueillies sont traitées conformément à la loi du 6 janvier 1978 "Informatique et Liberté". Vous disposez, en application de l'article 27 de cette loi, d'un droit d'accès, de rectification ou de retrait des données qui les concernent en nous contactant :

     

    LOCATION De VOITURE Au MAROC - LOCATION VOITURE AGADIR - LOCATION VOITURE MARRAKECH - LOCATION VOITURE CASABLANCA - CARTE DU MAROC - Comparateur de Prix au Maroc - Artisanat Maroc - Hotel Maroc - Hotels Au Maroc - Hotels Maroc Vol Maroc Séjour Maroc - Hotel Maroc - Hotels Maroc - Hotel Agadir - Hotel Agdz - Hotel Al Hoceima - Hotel Azrou - Hotel Beni Mellal - Hotel Casablanca - Hotel Chefchaouen - Hotel El Jadida - Hotel Erfoud - Hotel Errachidia - Hotel Essaouira - Hotel Fès - Hotel Fez - Hotel Kelaa Mgouna - Liste Riad Marrakech - Hotel Marrakech - Hotel Martil - Hotel Meknes - Hotel Merzouga - Hotel Mirleft - Hotel M'Hamid - Hotel Oualidia - Hotel Ouarzazate - Hotel Rabat - Hotel Tafraout - Hotel Tanger - Hotel Taroudant - Hotel Taliouine - Hotel Tetouan - Hotel Tineghir - Hotel Tiznit - Hotel Zagora